vendredi 18 octobre 2019

Foot sectaire

Le sport n'a jamais rien eu à voir avec la politique. Laissons-le à l'écart de ce mælstrom malodorant.
Voilà ce qu'on entend dire si souvent. Il est vrai que le sport est si pur, si préservé de sordides questions d'argent ou de pouvoir.
Et si les footballeurs de l'équipe nationale turque ont fait par deux fois - lors de matchs face à la Bulgarie et face à la France - le salut militaire, ce n'est pas pour des raisons politiques, mais juste selon l'entraîneur turc, "pour soutenir nos soldats" (1). Et tout le monde sait que le soutien à des militaires faisant la guerre à un peuple voisin n'a rien de politique. C'est juste un petit clin d'œil sympa.
Même explication en Belgique où, cette fois, ce sont des enfants qui ont effectué - spontanément, on n'en doute pas une seconde - le salut militaire (2). Ils jouent dans un club de Beringen qui a pour nom Turkse FC, un club on ne peut plus turc en terre limbourgeoise. Un dirigeant du club a justifié ce salut en expliquant que les enfants avaient juste voulu "saluer les martyrs et leurs familles" et qu'il ne faut y voir aucun lien avec l'intervention militaire turque en Syrie. Et d'ailleurs, à entendre le président de l'organisation Union of International Démocrats (proche du parti d'Erdogan), c'est à peine si le club était au courant de ce conflit. Une photo des enfants footballeurs a été diffusée, avec cette légende: "nous voulons offrir notre âme pour l'existence d'une nation turque". Où on comprend que ces jeunes joueurs ont donc une âme et que le nation turque n'existe toujours pas.
On voit par là combien une équipe de foot peut s'apparenter à une secte et être un espace d'endoctrinement et de propagande nauséabond.

(1) https://www.liberation.fr/sports/2019/10/15/foot-les-turcs-saluent-bien-les-bleus_1757683
https://www.lalibre.be/sports/football/en-pleine-polemique-les-joueurs-turcs-refont-leur-salut-face-a-la-france-photos-5da4e6469978e218e3373c7a
(2)  https://www.lalibre.be/belgique/politique-belge/le-salut-militaire-des-jeunes-footballeurs-d-un-club-turc-de-beringen-enerve-le-ministre-weyts-5da5edb5f20d5a264d069d40

lundi 14 octobre 2019

La religion de paix aime la guerre

Que les religions soient vectrices de paix est la plus grande blague que l'humanité (une large partie d'entre elle en tout cas) se soit jamais racontée. Qui peut aujourd'hui affirmer sans rire - ou sans pleurer - que l'islam est une religion de paix?
Au Yemen, les deux grandes puissances islamiques, l'Arabie saoudite côté sunnite et l'Iran côté chiite, se font la guerre. Et c'est la population civile yéménite qui en paie le prix. Lourdement.
Les pays où l'Islam est religion d'Etat peuvent très rarement être considérés comme des démocraties. Au contraire. L'opposition y est inexistante ou en prison. Les femmes sont voilées et à la maison.
Et voilà qu'Erdogan, ce grand croyant qui s'est un jour présenté comme "l'imam d'Istanbul", vient de lancer une guerre contre les Kurdes syriens. Même si ceux-ci furent en première ligne dans le combat contre le monstre fascisto-islamiste en Syrie. Même si nous leur devons une reconnaissance éternelle pour le rôle qu'ils ont joué face à Daech. L'armée turque et les milices qu'elles a lâchées ont entamé les massacres, même contre des convois de civils (1).
Et nous, nous restons là, mutiques ou presque, abandonnant les Kurdes à la terreur (2). Par lâcheté et parce que nos irresponsables dirigeants européens ont passé un pacte avec ce terroriste d'Erdogan pour qu'il retienne trois millions de réfugiés à l'intérieur de ses frontières. Frontières qu'il menace maintenant d'ouvrir côté U.E. si celle-ci avait l'outrecuidance de prendre des sanctions contre lui pour son agression de la population kurde.
Les pays de l'Union européenne, à l'exception du Royaume-Uni (vivement le Brexit!), ont heureusement décidé de ne plus vendre d'armes à la Turquie (3). Mais c'est un peu tard.
C'est toute relation qu'il faut cesser, tout de suite, avec la Turquie. Absolument toute. Politique, économique, sociale, culturelle, touristique, sportive. Il faut exclure la Turquie de l'OTAN. Dire enfin clairement que la Turquie, cette Turquie-là, ne fera jamais partie de l'Union européenne. Annuler le match de foot, prévu ce soir, entre la France et la Turquie. Il faut mettre la Turquie au ban de la société civilisée. Elle s'y est mise elle-même.

Trump le dingue l'y a bien aidée. Je retire mes troupes de Syrie. Puis, non, je les y laisse. Puis, je les retire quand même parce qu'elles risquent d'être prises entre les deux feux, turc et kurde, que j'ai moi-même allumés (4).
Voilà les Kurdes forcés d'appeler à l'aide Assad, l'odieux boucher de Damas, et ses troupes.
Grâce au chaos provoqué par ce duo monstrueux que jouent Erdogan et Trump, des proches de djihadistes se sont enfuis par centaines (5). La guerre en Syrie est relancée, tout autant que la lutte du bien (forcément du côté de la religion) contre le mal (forcément du côté des laïcs). Les religions aiment le sang. Et la terreur.

(1) https://www.lalibre.be/international/asie/neuf-civils-kurdes-dont-une-femme-politique-executes-par-une-milice-turque-5da23b66f20d5a2781766617 et France Inter, Journal de 9h, 14.10.2019.
(5) https://www.lalibre.be/international/asie/syrie-des-familles-de-membres-de-l-ei-se-sont-echappees-d-un-camp-5da2e296d8ad5841fc7a9261

jeudi 10 octobre 2019

Avant qu'il ne soit trop tard

Les agriculteurs dits "traditionnels" ou conventionnels" (comme si c'était la tradition ou une convention communément admise qui les poussait à utiliser la chimie pour faire pousser leurs plantes) en ont assez de ce qu'on appelle aujourd'hui "l'agribashing". Assez d'être critiqués et malmenés de toute part.
Personne ne niera qu'il s'agit là d'une profession parmi les plus difficiles qui soient. Mais personne ne contestera non plus que l'agro-industrie s'est embarquée - et a embarqué les siens - dans une voie aujourd'hui intenable. Elle a fait le choix d'une agriculture de plus en plus folle, qui coûte cher à la terre (avec ou sans majuscule).

On peut évidemment rejoindre les agriculteurs dans leurs critiques des traités internationaux qui font voyager à travers la planète céréales, légumes, viandes et produits laitiers. C'est localement qu'il faut acheter et consommer, en particulier les aliments. Ce qui implique la fin des importations. Et donc aussi des exportations. Ça fonctionne dans les deux sens.
Ce n'est cependant pas pour leur opposition aux importations qu'ils sont aujourd'hui critiqués. Mais surtout pour leur usage des pesticides qui empoisonnent la vie. La leur en premier lieu, celle des riverains aussi, de la terre, des insectes, des oiseaux, des rongeurs, de l'eau, de l'air. Les pesticides sont par définition des poisons. Dont on peut se passer. L'agriculture biologique le démontre.
Mais les agriculteurs dits traditionnels sont prisonniers de plusieurs décennies de conditionnement. Ils sont dans "la servitude volontaire", malgré les appels et les mises en garde qui se multiplient depuis si longtemps. Les pesticides leur facilitent la vie, ils réduisent leur travail et sont par-fai-te-ment-in-o-ffen-sifs, leur ont toujours juré les vendeurs de chimie, appuyés par le principal syndicat agricole français, la FNSEA. De pères en fils se refilaient les mêmes méthodes, les mêmes marques, la même fuite en avant. Jusqu'à ce que de plus en plus de professionnels du sol en deviennent malades ou, pis, en meurent.
Mais ceux-là, la FNSEA ne les connaît pas. Ou plus.
Christiane Lambert, présidente du syndicat agricole, déplore l'agribashing. Elle demande "que les gens se respectent" (1). Entendez par là qu'on cesse de critiquer les agriculteurs pour leur usage des pesticides et qu'on ne les empêche pas de travailler en épandant des pesticides là où ils le veulent.
"Je comprends les craintes quand elles sont fondées", dit-elle. Mais elle s'étonne qu'on ait trouvé des traces de glyphosate dans l'urine d'opposants alors qu'aucune analyse n'en a relevé chez des agriculteurs, pas plus chez elle. Elle ignore sciemment - et ce faisant les méprise - tous les agriculteurs qui souffrent de graves problèmes de santé dus à un contact avec ces poisons que sont les pesticides (2). "Il y a eu beaucoup d'exagérations sur le sujet", selon elle, même si elle affirme comprendre l'inquiétude. "Il y a eu une polémisation avec la distance de 150 mètres. Mais aucune donnée scientifique ne dit que c'est la bonne distance." De nombreuses analyses scientifiques mettent pourtant en garde sur les graves dangers que font courir les pesticides. Ceux-ci sont d'ailleurs interdits les uns après les autres. Et aussitôt remplacés par de nouveaux dont on n'a pas encore pu démontrer la nocivité.
"Depuis 2015, dit encore Christiane Lambert, nous mettons en œuvre des mesures pour protéger les publics sensibles. La solution n'est pas dans des distances, mais dans des équipements, des horaires et des dispositions adaptés." On peut donc lire entre les lignes que les pesticides constituent, pour elle aussi, un problème. Même si elle n'est pas prête à une vraie remise en question de ces pratiques.

L'industrie chimique, elle, s'adapte, contrainte et forcée. Et si elle se voit obligée d'abandonner certains produits jugés toxiques, elle n'a aucun scrupule à continuer à les vendre jusqu'au bout. En témoigne la publicité ci-dessous qui, "avant qu'il ne soit trop tard", invite les agriculteurs à se fournir en époxiconazole, un fongicide très bientôt interdit, parce que soupçonné par l'ANSES (l'Agence  nationale de sécurité sanitaire de l'alimentation), d'être un perturbateur endocrinien" pour l'être humain et les organismes non-cibles", de présenter "un niveau de danger préoccupant pour l'Homme et l'environnement", d'être "susceptible de nuire à la fertilité" et "susceptible de provoquer le cancer".
Récemment, on entendait des agriculteurs affirmer que les pesticides sont des médicaments pour les plantes. On conviendra que mieux vaut éviter les médicaments qui provoquent le cancer.

Les agriculteurs le savent: pour mettre fin à l'agribashing, il faudra en passer par l'agrichanging.

(1) https://www.franceinter.fr/emissions/on-n-arrete-pas-l-eco, émission du 5.10.2019.
(2) voir www.phyto-victimes.fr

CONSEIL D'EXPERT 


Arthur : expert
                                                phyto
Arthur, Expert phyto 

Phytosanitaire Fongicide : Anticipez vos achats avant qu'il ne soit trop tard !
" Cette année de nombreuses molécules vont être retirées du marché et il faudra être prévoyant pour concevoir son programme phytosanitaire. L'époxiconazole est l'une d'elle. Elle sera retirée de la distribution le 30/11/2019, mais un délai de grâce permettra de l'utiliser jusqu'au 30/07/2020.
Il parait donc important d'anticiper ses achats au plus tôt sur des produits composés de cette molécule : " 

lundi 7 octobre 2019

Le charme fou des perdrix

C'est un OVNI dans le ciel cinématographique, mêlant amour, absurde, tendresse, poésie, mélancolie et géodrilologie (l'étude des vers de terre). Rien de moins. Et beaucoup plus.
"Perdrix", c'est le nom du film et celui d'un jeune capitaine de gendarmerie, celui de son père mort dix ans auparavant à qui la famille continue à rendre hommage chaque soir avant de dîner sous sa photo. 
Dans ce coin perdu des Vosges, la brigade de gendarmerie mène une vie tranquille, qui permet à chacun de ses membres de se consacrer à ses activités favorites: l'un étudie des chansons de Manset, un autre pratique des jeux vidéos, un troisième réfléchit, le capitaine lit le poète allemand Novalis.
Seul souci pour les gendarmes: la présence dans la région d'une bande de naturistes révolutionnaires qui dépouillent les gens de tout ce qui leur paraît superflu. Juliette en est victime, elle qui de passage dans le coin se fait voler sa voiture et tout ce qu'elle comporte. C'est-à-dire toute sa vie, puisqu'elle se balade au hasard  à travers la France, sans port d'attache. Et même sans attache du tout. Ce n'est pas son genre. Avec sa voiture, c'est sa vie qu'elle a écrite dans des dizaines de cahiers qui disparaît. Entre le capitaine ancré là par la vie et celle qui fuit la sienne commence alors un ballet d'attraction-répulsion.
Le film présente aussi une belle galerie de personnages: la mère Perdrix qui joue à Radio Confidences (et confidentielle) dans son garage, le frère Perdrix passionné de vers de terre, la nièce Perdrix qui veut quitter cette maison aux papiers peints étouffants.

"Perdrix" est un film qui prend son temps. Le temps d'installer un plan, de se regarder, d'essayer de se comprendre, de poser des silences. Le temps aussi de nous faire entrer dans de sublimes paysages des Vosges.
Erwan Le Duc, le réalisateur, a de belles références: les Monthy Python, Wes Anderson, Aki Kaurismaki. Le mélange des influences et des genres donne un film au charme fou qu'on a peine à quitter.
Avec Swann Arlaud, Maud Wyler, Fanny Ardant, Nicolas Maury, Patience Muchenbach.

https://www.telerama.fr/cinema/erwan-le-duc,-realisateur-de-perdrix-mon-film-nest-pas-forcement-aimable,n6344256.php

dimanche 6 octobre 2019

Immigration: un autre regard

Juste avant que l'Assemblée nationale ne commence à débattre de l'immigration, le magazine de France Inter "On n'arrête pas l'éco" s'est saisi de la question ce samedi (1)  et, ce faisant, a remis les pendules à l'heure pour réfuter la thèse de l'invasion de la France par les immigrés. Alexandra Bensaïd recevait Christian Chavagneux, économiste et journaliste au magazine Alternatives Economiques, et Emmanuel Lechypre, économiste et journaliste notamment à l'Expansion.

De qui parle-t-on quand on parle d'immigrés? De personnes nées à l'étranger et qui vivent en France, même si elles ont reçu la nationalité française. Des sondages indiquent que les Français pensent que les immigrés seraient 27 millions, alors qu'ils ne sont que 6,5 millions, dont 2,5 millions ont la nationalité  française. Ils représentent ainsi 9,7% de la population française. Un chiffre en augmentation ces derniers temps, due essentiellement aux étudiants qui, dans leur grande majorité, rentrent ensuite dans leur pays. Ces 6,5 millions sont constitués d'un tiers d'Européens, de 30% de Nord-Africains, de 17% d'Africains subsahariens, le reste étant essentiellement constitué d'Asiatiques (dont une majorité de Chinois).
La France accueille proportionnellement moins d'immigrés que la plupart des autres pays européens.
Trois fois moins que l'Allemagne, deux fois moins que la moyenne de l'OCDE. Les personnes qui quittent leur pays ne sont pas, loin s'en faut, majoritairement attirés par la France. L'Allemagne est de loin plus atttractive.

Les immigrés ont un niveau d'éducation supérieur à la moyenne de la population française. Ils sont essentiellement concentrés dans les grands centres urbains. Ils vont là où il y a du travail. Et ne sont donc pas concurrents par rapport aux Français qui cherchent du travail.
Les immigrés non qualifiés ne constituent que moins d'1% de la population française.
Sur 6,5 millions d'immigrés, on estime qu'il y a au maximum 400.000 sans papier.

Une idée simpliste et assez répandue veut que quantité d'immigrés viennent en France pour bénéficier des largesses de la Sécurité sociale. Les économistes rappellent que le parcours administratif pour les immigrés est très long et très compliqué, bien plus que pour les Français. Il faut cinq ans de séjour régulier en France pour pouvoir toucher le RSA, le revenu de solidarité active. Il en faut dix pour avoir droit au minimum vieillesse. L'Aide médicale d'Etat - qui a suscité ces derniers temps bien des délires - est réservée aux immigrés en situation irrégulière et a été mise en place pour éviter les contaminations. Elle ne s'obtient que sur dossier et pour un an seulement et le bénéficiaire n'est remboursé qu'au tarif de la Sécurité sociale.

La contribution des immigrés à la protection sociale en France est positive: un arrêt de l'immigration coûterait deux points de P.I.B. à l'horizon des cinquante prochaines années, soit 40 milliards de moins par an pour la sécu. En 2100, ce serait le double. Parce que les immigrés cotisent comme tout le monde et souvent rentrent dans leur pays à la retraite, sans la toucher alors qu'ils ont cotisé.
Toutes les études indiquent qu'ils ne tirent pas les salaires vers le bas, ne prennent pas les postes des immigrés arrivés avant eux, et dépensent quasiment l'intégralité de ce qu'ils gagnent. L'effet est donc positif sur la consommation et la croissance. L'immigration est ainsi un apport pour l'économie française.

L'immigration économique stagne à un niveau faible. En 2017, elle représentait 1% des nouveaux entrants. On est donc loin des grandes vagues de recrutement des Trente glorieuses. Les immigrés sont principalement engagés dans les professions en déclin et les professions en demande: saisonniers, secteurs du bâtiment, de la santé, etc.
Le démographe Hervé Le Bras rappelle que l'économie a toujours eu besoin des immigrés, essentiellement pour des postes non remplis par des Français parce qu'ils impliquent des taches plus risquées ou plus difficiles. Les patrons et entrepreneurs, pourtant souvent de droite, ont toujours été favorables à l'ouverture des frontières. 

L'immigration ne représente pas un problème macroéconomique, le marché du travail étant extensible, mais un problème d'intégration et d'inclusion. La peur de l'immigré se constate principalement dans des régions où il y a peu ou pas d'immigrés.
C'est sur ces aspects-là, intégration, inclusion et pédagogie que devrait se pencher le débat parlementaire si'il veut avoir du sens.

(1) https://www.franceinter.fr/emissions/on-n-arrete-pas-l-eco, émission du 5.10.2019.

jeudi 3 octobre 2019

Pesticides à domicile

Ainsi donc (1), le Gouvernement français nous interroge: faut-il interdire l'épandage de pesticides à 5 mètres ou 10 mètres des habitations? 
En Mayenne, une habitante témoigne (2). Plusieurs de ses animaux domestiques sont morts, les uns après les autres. En 2013, sa fille, alors très jeune, est tombée malade, souffrant de douleurs violentes qui l'empêchaient d'aller à l'école. Les médecins ont diagnostiqué une polyarthrite infantile. Sa mère a, ensuite, développé une tumeur qui s'est développée à une vitesse très rapide et fut suivie d'une deuxième tumeur. Selon les médecins, elles pourraient avoir été provoquées par un problème environnemental. 
Or des pesticides sont régulièrement épandus sur des céréales à 8 mètres de l'habitation familiale et lors de fortes pluies les terres des champs sont lessivées et finissent leur course dans la cour de la maison. A partir d'analyses, on a retrouvé 15 pesticides différents dans les cheveux de la mère et de sa fille.
Le maire, agriculteur retraité, s'en lave les mains. L'agricultrice responsable des épandages refuse tout interview et commentaire. La firme qui a les effectués affirme avoir respecté la loi.
On voit par là qu'il y a urgence à changer la loi. Radicalement.

(1) (Re)lire sur ce blog "Les pesticides à la porte", 10.9.2019.
(2) France 3, Journal, 2.10.2019, 19h30.

Sur le même thème, sur ce blog:
"Soutenir Daniel Cueff", 18.8.2019;
"Le cynisme a un nom", 22.7.2019;
"Histoires romantiques", 13.6. 2019;
"Nouveau coup de David à Goliath", 12.4.2019;
"Du caractère citoyen du coquelicot", 10.11.2018;
"Un ministre analphabète", 24.10.2018;
"La peste soit des pesticides", 7.10.2018;
"Nous voulons des coquelicots", 15.9.2018.

lundi 30 septembre 2019

Greta et les chiens

Pourquoi tant de haine? C'est sans doute qu'il est difficile de supporter d'être secoué par une jeune fille déterminée comme Greta Thunberg. Plus encore depuis qu'elle a dit avec colère et émotion son indignation devant l'inaction des "grands" de la planète (1). Certains coqs blessés réagissent agressivement. On les découvre en vieux cons paumés et aboyeurs. On assiste à un festival inédit: celui de la mauvaise foi, du cynisme, de la bêtise, du mensonge, de la grossièreté, voire de la violence la plus abjecte.

Bernard Arnault, l'empereur du luxe, une des plus grandes fortunes de France, trouve la jeune Suédoise démoralisatrice. Elle ne propose rien, dit-il. Apparemment, Arnault devient sourd: elle propose de suivre les recommandations du GIEC. Ce qui n'est pas rien comme programme. Et que propose-t-il, lui, Bernard Arnault? De poursuivre cette merveilleuse croissance qui nous amène à grande vitesse dans le mur (2).
Au congrès du Medef, qui représente les patrons de France, Nicolas Sarkozy a prononcé cette phrase avec le ton moqueur qu'il a toujours aimé utiliser: "Si on n'agit pas très rapidement, on va au devant d'une catastrophe extravagante. (...) Alors, je vois cette jeune suédoise si sympathique (rires dans l'assemblée) et si souriante (rires dans l'assemblée)  tellement originale, hum, dans sa pensée." Qu'a-t-il fait, lui, Sarko le narquois qui fut président de la République française, pour éviter une catastrophe extravagante? Rien. Strictement rien.
Même Michel Onfray s'en est pris, très agressivement, à Greta Thunberg, la traitant de "cyborg suédoise", parlant de son "corps sans chair", affirmant qu'avec son intelligence "artificielle" elle ne peut maîtriser ce qu'elle dit. Le philosophe poursuit sa chute.
Le pire a été atteint ces derniers jours par un certain Bernard Chenebault qui a parlé d'elle comme d'une "folle" qu'il faut "abattre". Le maintenant ex-président des amis du Palais de Tokyo a écrit: "J'espère qu'un désaxé va l'abattre" (3). Qui est le désaxé dans cette histoire, sinon lui?

Un glacier du Mont blanc s'effondre, le niveau de la mer va monter d'un mètre en 2100, les incendies se multiplient partout dans le monde, la sécheresse se répand à travers la planète, les températures ne cessent de battre des records, les typhons succèdent aux inondations. En Autriche, on détruit à coups de bulldozer un glacier pour créer des pistes de ski. On incendie volontairement la forêt amazonienne. La forêt indonésienne brûle autant que la sibérienne et toutes ces hyènes aboient sur une jeune fille de seize ans qui sonne l'alarme.

Greta Thunberg rassemble heureusement des centaines de milliers de jeunes à travers la planète. Ils étaient 500.000 samedi à manifester à ses côtés à Montréal. Ils sont nombreux à vouloir que nous prenions tous, enfin, en mains notre avenir. Que nous prenions nos responsabilités. Que nous nous regardions en face.

Le premier qui dit 
Se trouve toujours sacrifié
D'abord on le tue
Puis on s'habitue
On lui coupe la langue on le dit fou à lier
Après sans problème
Parle le deuxième
Le premier qui dit la vérité
Il doit être exécuté.
Guy Béart, "La Vérité"

Les soutiens à Greta Thunberg ont publié une vidéo d'aide à tous les haineux qui s'en prennent à elle:

(1) https://www.lalibre.be/planete/environnement/furieuse-greta-thunberg-reprimande-les-chefs-d-etat-a-l-onu-comment-osez-vous-5d88d962d8ad5878fd5bae5d
(2) https://www.lalibre.be/planete/environnement/elle-se-livre-a-un-catastrophisme-absolu-bernard-arnault-fustige-greta-thunberg-5d8bc23a9978e25f644b2aee
(3) http://www.leparisien.fr/societe/le-president-des-amis-du-palais-de-tokyo-appelle-a-abattre-greta-thunberg-puis-s-excuse-29-09-2019-8162568.php
Un soutien:
https://www.lalibre.be/planete/environnement/jean-pascal-van-ypersele-je-soutiens-greta-thunberg-a-200-c-est-une-jeune-fille-surdouee-5d8d939af20d5a53cc1376d0

vendredi 27 septembre 2019

Jeunes et beaufs

Ils sont jeunes et beaux. Ils ont l'air très heureux. Il faut dire qu'ils roulent en Jeep. Ils en ont besoin pour transporter une planche de surf. C'est indispensable. Il se gare en haut d'une dune, sur un caillebotis, surplombant la mer. Elle est ainsi plus proche. Il faut croire que la planche est particulièrement lourde ou qu'ils sont fatigués. En fin de journée, ils rentrent chez eux, en ville, avec leur énorme véhicule.
Il serait temps d'interdire ces publicités d'une vulgarité affligeante qui sont un bras d'honneur au réchauffement climatique.
Ils sont jeunes et beaux. Mais surtout très beaufs.


mercredi 25 septembre 2019

Vivement le temps des femmes

Il faudrait plus de femmes à des postes de responsabilités. A tous les niveaux. Les mâles dominants de la planète, tous ces rouleurs de mécanique, ces forts en gueule que sont les Trump, les Poutine, les Bolsonaro, les Erdogan, les Johnson, les Duterte, les Orban et tous ces autres chefs d'Etat qui s'expriment par coups de menton ne sont que grotesques aboyeurs à côté d'une Angela Merkel ou d'une Greta Thunberg.
Les religions sont aussi affaires de mâles. Quasi exclusivement.
Quelques femmes commencent, enfin, à y exercer quelques responsabilités. Telle Seyran Ates, imame de la mosquée Ibn Rushd-Gœthe à Berlin. Elle y accueille en un même espace femmes (y compris non voilées), hommes, LGBT et croyants de toutes obédiences.
Inna Shevchenko, des Femen, l'a rencontrée pour Charlie Hebdo (1). 
"En tant que musulmane libérale, explique Seyran Ates, je mène un combat pour les droits des femmes, contre le patriarcat, au sein de ma propre religion. Contre les structures d'une société où les gens ne tolèrent pas les différences de croyance d'opinion."
Elle soutient totalement une séparation stricte entre églises et Etats. Les religions, affirme-t-elle, n'ont pas à se mêler des droits humains fondamentaux ni du pouvoir étatique. "Je me bats pour un islam qui demeure dans le domaine spirituel et mystique. Je ne reconnais pas le livre saint comme un livre de loi. Ni l'islam comme un modèle de société ou un système politique. Je reconnais la démocratie. Aux religions de s'abriter sous le toit de ce système politique. C'est précisément ce qui garantit la liberté de culte."
L'imame invite à prendre une distance avec le Coran: "les musulmans doivent retrouver leur sens critique vis-à-vis du livre saint. Il y a déjà eu des voix fortes par le passé pour faire progresser la pensée musulmane, au XIIe et au XIIIe siècle, comme Ibn Arabi".

Elle fustige celles et ceux qui, dans les pays occidentaux, se montrent tolérants, voire complaisants, vis-à-vis des diverses expressions de l'islamisme. "Il faut commencer par combattre l'islam politique. Cesser de financer et de soutenir les mosquées et les centres d'éducation coranique. (...) Pourquoi les pays occidentaux coopèrent avec les radicaux au lieu de les combattre? A Berlin, nous avons une coalition sociale-démocrate et écologiste au pouvoir, mais il y a, au sein du parti des Verts, des gens qui m'attaquent personnellement. J'ai ouvert cette mosquée, nous la dirigeons dans la paix, nous nous battons pour l'égalité des sexes, pour la communauté LGBT, pour la liberté d'expression... Pourquoi soutiennent-ils des croyants radicaux, des groupes et des mosquées orthodoxes, où l'on enseigne un islam radical en toute impunité, et pourquoi attaquent-ils les mosquées libérales?" (2)

Comme sa consœur Kahina Bahloul, première femme imame de France (3), Seyran Ates, imame non voilée, est très critique également vis-à-vis du voile, ce "marqueur qui désigne les femmes en tant que telles". Ce sont, selon elle, les Occidentaux qui soutiennent l'idée que le hijab serait pour les femmes un signe de dignité ou un symbole d'empowerment. "Je suis avocate, j'ai travaillé pendant plus de trente ans avec ces femmes qui tentent d'avoir une vraie vie: 80% d'entre elles n'ont pas le moindre choix. Ça va bien au-delà du voile, elles n'ont aucun choix dans aucun domaine, aucune autodétermination."
Ce fichu voile est une imposition masculine. "Quand une femme se couvre, ce sont les pulsions sexuelles de l'homme qu'elle protège. Elle ne se protège pas elle-même, elle protège le pauvre homme qui ne peut plus se concentrer sur sa foi en Dieu et sa pratique de la religion."
Elle défend la loi interdisant aux professeures, aux juges, aux policières de porter le voile. "Et je veux faire interdire le voile dans les écoles".
Aux féministes occidentales qui refusent de s'opposer au voile, voire le soutiennent, au nom de la lutte anti-colonialiste, elle répond que "c'est leur position qui est colonialiste. Ça ne tient pas debout: Je ne veux pas être colonialiste, mais je défends le foulard. Il est là, le colonialisme. C'est positivement raciste. Et arrogant. Il ne faut pas imposer nos valeurs occidentales aux autres pays, donc nous acceptons que les droits de l'homme ne s'appliquent pas aux pays musulmans? Pardon? Je croyais que les droits de l'homme étaient universels... J'aimerais bien voir ces dames faire du bénévolat en Iran. Elles devraient emmener leurs familles et passer six mois là-bas. (...) Quand je vois les conditions d'existence des femmes en Iran, je pourrais en pleurer. Elle se battent contre le voile depuis 1979. Ces féministes ne les écoutent pas. Parce que ce ne sont pas des victimes. Or elles aiment bien quand nous restons à notre place de victimes. Elles peuvent alors nous aider, nous apprendre à lire et à écrire, aller au Pakistan et en Afghanistan... Mais pas en Iran, parce que, justement, les femmes iraniennes se débrouillent très bien toutes seules, vont à l'université, ont un vaste savoir. Elles ne sont pas victimes des pays occidentaux. Elles sont victimes des mollahs. Ces féministes ne veulent pas l'entendre. Elles préfèrent se voir comme des dissidentes de prétendues dictatures occidentales".

Non seulement Seyran Ates croit en une religion postpatriarcale, mais elle la pratique, dans sa mosquée comme d'autres le font dans des églises et des synagogues. Mais, dit-elle, "nous sommes minoritaires aujourd'hui en Europe, parce que les gouvernements, tous les gouvernements d'Europe, protègent et soutiennent l'islam radical et politique. Et les féministes aussi. Ils sont devenus les lobbyistes de l'islam identitaire".
Seyran Ates, imame à Berlin, vit sous protection policière.

A lire aussi au sujet du voile, "drapeau de l'islamisme", l'opinion de Fadila Maaroufi, formatrice sur la radicalisation: https://www.lalibre.be/debats/opinions/le-voile-ce-drapeau-de-l-islamisme-5d2c95d8d8ad5859359a72ad

(1) "Oui, en tant qu'imame, je veux faire interdire le voile dans les écoles!", Charlie Hebdo, 18.9.2019.
(2) (Re)lire sur ce blog "Fâché (très)", 15.5.2019.
(3) France Inter, 16.7.2019, 7h50.

lundi 23 septembre 2019

Au feu

Ce blog a souffert de la sécheresse. Difficile de le faire vivre sans connexion Internet, ce qui fut le cas durant plusieurs jours suite à un important incendie qui a ravagé quelque quatre cents hectares de prés, de haies et de bois aux abords du village et dans l'un de ses hameaux. Le pire a été évité: aucune victime à déplorer et aucune habitation touchée grâce à l'action efficace de trois cent cinquante pompiers, dont certains venus de très loin pour combattre un feu qui, aidé par un vent assez violent, a galopé sur quatre kilomètres.
Un autre incendie s'était déclaré le même jour et sur une superficie analogue dans une forêt voisine.
Et d'autres encore dans les départements voisins de la Haute-Vienne et de la Creuse ces derniers temps.
Le département de l'Indre était devenu une véritable boîte d'allumettes, déclarait un colonel des pompiers, tant la sécheresse était extrême dans cette région, pourtant connue pour sa richesse en eau, grâce à ses "mille étangs" (qui sont en réalité trois à quatre mille), à ses mares, à ses rivières, à ses fossés remplis d'eau à ras bord en période de pluie. Mais la pluie, jusqu'à hier, n'était plus qu'un lointain souvenir. A part l'une ou l'autre rare averse, il n'avait plus réellement plu ici depuis quatorze mois, constatait récemment Christian Toussaint d'Indre Nature (1). De nombreuses rivières sont totalement sèches, avec de graves conséquences pour leur faune et leur flore. D'autres rivières, où l'on peut habituellement pratiquer le kayak, sont réduites à quelques flaques d'eau. 
Il y a une semaine, le niveau de la rivière Indre a baissé de soixante centimètre en quarante-huit heures. A Ardentes, près de Châteauroux, on est à 4% du débit habituel en septembre. La Creuse est en situation d'écoulement négatif: l'évaporation y est supérieure à l'apport en eau.
Quand ils n'ont pas été calcinés, les arbres sont gris, certains ont déjà laissé tomber leurs feuilles. Les feuilles mortes crissent sous les pas, se réduisent en miettes dès qu'on les piétine.
A Guéret, chef lieu du département voisin de la Creuse, longtemps qualifié de "château d'eau de la France", les réserves d'eau sont quasiment épuisées. Le maire, m'explique un ami néo-creusois, a acheté 16.000 bouteilles d'eau qu'il fera distribuer aux habitants le jour très proche où les robinets ne délivreront plus une goutte.

Les exploitations piscicoles, nombreuses dans le Pays des 1000 étangs, sont au bord de la faillite. La Fédération de l'Indre pour la pêche et la protection du milieu aquatique réclame "une aide financière exceptionnelle et urgente" (2). Mais on sait déjà, toutes les études l'indiquent, que cette situation, impensable il y a quelques années encore, se repètera dans les années à venir et qu'on ne pourra pas multiplier les aides exceptionnelles. Ce que vit cette région du centre de la France n'est qu'une illustration parmi tant d'autres des conséquences dramatiques du réchauffement climatique. 
Plus qu'à distribuer des aides financières aux pêcheurs, aux pisciculteurs, aux agriculteurs, aux éleveurs, aux forestiers, aux pépiniéristes, il y a une extrême urgence à changer nos modes de vie incendiaires. Ce qui passe notamment par un réinvestissement dans les transports en commun et simultanément par - la Cour des Comptes vient d'en rappeler l'importance - l'application d'une taxe carbone. Mais le gouvernement, tétanisé par les Gilets jaunes, n'en veut pas. Récemment, suite aux tensions dans le Golfe persique, le prix du baril de pétrole avait fait un bond de 15%. Immédiatement, des Gilets jaunes avaient hurlé pour exiger une garantie du maintien des prix à la pompe. Aujourd'hui, on apprend la faillite de l'agence de voyage Thomas Cook. Six cent mille voyageurs sont bloqués ici, là et ailleurs. Dont des touristes qui ont pris l'avion pour un week-end de trois ou quatre jours à Venise, Barcelone ou Vienne. Nos modes de vie basés sur un plaisir égoïste et insouciant mettent le feu à la planète. Et donc à nos villages.

Post-scriptum: Le Journal de 19h de France 3 Centre - Val de Loire de ce lundi nous apprend que le niveau de l'Indre a à nouveau baissé de 60 cm en 48 heures. Au point que la rivière est quasiment à sec. Les dégats seront irréversibles, estime Indre Nature. La moitié des cours d'eau du département sont à sec, soit 2500 km de rivière. Les autres présentent des débits de 80% inférieurs aux minima connus jusqu'ici. Et les responsables politiques restent muets face à cette situation catastrophique, dénonce Indre Nature. Il faudrait 50 jours de pluie pendant quatre mois pour revenir à une situation à peu près normale.















(1) https://www.lanouvellerepublique.fr/indre/secheresse-l-indre-a-baisse-de-60-cm-en-48-heures-des-degats-irreversibles?queryId%5Bquery1%5D=57cd2206459a452f008b4594&queryId%5Bquery2%5D=57c95b34479a452f008b459d&page=57&pageId=57da5ce5459a4552008b469a
(2) "La Fédération de pêche de l'Indre tire la sonnette d'alarme", La Nouvelle République Indre, 19.9.2019.