lundi 11 juin 2018

Fais-moi mal, Tariq

A qui faire confiance? On ne sait à quels saints se vouer. Même eux déçoivent. Frère Tariq est tombé de son piédestal. Lui, le prédicateur rigoriste qui a toujours fustigé l'infidélité conjugale au point de ne pas condamner la lapidation de la femme adultère (il s'est contenté de demander un moratoire), voilà qu'il avoue maintenant avoir eu plusieurs relations sexuelles hors mariage (1). Bien sûr, ce ne serait qu'une affaire personnelle et ordinaire, qui ne regarde personne, s'il ne niait en même temps les accusations d'agressions et de viols dont il est l'objet et s'il ne se posait en victime. Il est le harcelé, pas le harceleur. Ce sont elles, ces femmes tentatrices, ces Lilith maléfiques qui le guettaient pour le faire tomber dans la turpitude, lui le beau prêcheur, victime de sa beaugossitude, comme dit Sophia Aram (2). Ce sont elles qui l'ont amené à avoir des relations brutales. C'est qu'elles aiment ça, les garces, elles en demandent et redemandent. Fais-moi mal, Tariq. Tariq, Tariq, fais-moi mal. Envoie-moi au ciel. Moi, j'aime l'amour qui fait mal.
Alors, faut-il jeter la pierre à l'imam adultère ? Eve est derrière.

Et c'est ainsi qu'Allah est grand.

(1) https://www.marianne.net/societe/tariq-ramadan-accuse-de-viol-c-est-moi-qui-suis-harcele-les-femmes-viennent-me-chercher
(2) https://www.franceinter.fr/emissions/le-billet-de-sophia-aram/le-billet-de-sophia-aram-11-juin-2018

1 commentaire:

  1. Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.

    RépondreSupprimer